Les classes d'emploi du bois d'Acacia

Dans le choix de l'essence de bois, plusieurs critères sont à respecter selon l’utilisation désirée. Le premier critère est la classe d’emploi. La classe d'emploi ou classe de risque est établie par la norme Européenne EN 335-2013. Cette norme européenne définit cinq classes de risque qui correspondent aux différentes situations auxquelles peut être exposé le bois. Ces classes sont résumées dans le tableau ci-dessous : 

Selon la norme européenne, le robinier faux-acacia est la seule essence européenne apte à des utilisations en classe de risque 4 "Utilisation à l'extérieur au contact du sol et de l'eau douce exposé en permanence à l'humidité" tout comme des essences tropicales telles que l'iroko, l'ipé. Néanmoins ces bois tropicaux arrivent en Europe après des milliers de kilomètres parcourus ce qui impacte leur bilan carbone. De plus, la gestion durable de certaines de ces forêts n'est pas toujours respectée. Au niveau européen deux essences tentent à rivaliser avec le robinier faux-acacia, le chêne et le châtaignier. Cependant ces deux essences sont classées en classe de risque 3, c'est-à-dire qu'ils pourront être utilisés à l'extérieur mais sans contact avec le sol et l'humidité permanente. 

De plus, au niveau de la durabilité naturelle du bois, le robinier est classé selon la norme européenne EN 350-2 très durable dans la classe 1 avec une durabilité largement supérieure à 25 ans tout comme des essences telles que le Moabi, le Teck ou l'Ipé (voir tableau ci-dessous).

Le chêne et le châtaignier seront classés "durable" dans la classe 2 qui présente une durabilité de l'ordre de 15 à 20 ans.